I made a deal with myself

J’ai du mal à voir le bout du tunnel de boulot du moment, mais j’ai résolu désormais, quand je me retrouverais dans ce genre d’état d’exténuation débile, de réserver un week-end ou des vacances dans un avenir pas trop lointain, pour compenser. Voilà, comme ça au moins, on sait pourquoi on bosse : pour aller photographier des briques à Gdańsk, Amsterdam et Mönchengladbach. (Can’t wait.)

Je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie

Sur les huit derniers mois, je me rends compte que quatre commandes (dont trois d’un volume non négligeable) que j’ai traduites ont été le fruit de recommandations de consœurs sympa. Les quatre étaient intéressantes et se sont merveilleusement bien passées ; les clients étaient sympas, n’ont pas mégoté sur les tarifs et m’ont payée promptement. Vive les consœursetamies, bref. (Je renvoie l’ascenseur aussi quand j’en ai l’occasion, hein.)

Faisons du yoga avec… (1)

Je ne pensais pas m’intéresser un jour à la morning routine (voire au miracle morning) de Karajan, pour être franche. Mais je me demande si je ne démarrerais pas une collection de témoignages du type “le yoga et les grands de ce monde”. (Peut-être pas, mais je suis tombée sur ce passage dans mes recherches pour une trad et l’idée m’a traversé l’esprit.)

Peter Uehling, “Karajan – Une biographie“, trad. Paul Gérard, Hermann éditeurs, 2008